• il ya  8 jours , je suis partie sous un soleil d'été , abandonnant mon jardin a la sécheresse.

    j'ai alors pensé  qu'a mon retour , juste quelques feuilles grillées subsisteraient!!

    mais , mais , il ne faut jamais désespérer , et , un orage de milieu de semaine , m'a fait retrouver un potager verdoyant avec des légumes en pleine forme!!!!

    cette nuit la pluie , douce et chaude berçait lentement mon demi-sommeil;et ce matin sous un pâle soleil,une vapeur chaude montait de la terre détrempée;c'était un bonheur!  et oui , j'aime la pluie , celle qui maintient la vie sur terre , celle sans qui rien ne pousserait,celle qui fait les paysages plus nets , plus précis dans leurs contours.

    et , cet après midi , dans mes chemins de campagnes , l'impression d'un "enfer vert "me faisait sourire .Tous les verts étalaient leurs nuances,les prés avaient des profondeurs de moquettes,les fossés pleins de fleurs soulignaient les côtés de la petite route,les buissons semblaient festonnés par les jaunes du chèvrefeuille qui en plus diffusait un subtil parfum qui chatouillait agréablement mes narines en alerte.

    Ma rivière (l'indre ) en photo ci dessus , c'était transformée en torrent ;les oiseaux heureux s'en donnaient a cœur joie,et , même un écureuil déambulait sur la pelouse.

    j'aime ces paysages humides , où toutes les odeurs s'exhalent  en même temps :la terre mouillée ,les fleurs détrempées ,les herbes mâchées et le sable du ruisseau qui se prend pour un marécage.

    Dans le ciel mi- gris , mi- bleu , les buses et autres éperviers donnaient un ballet , en silence et tout en finesse.Un pic vert a croisé ma route , et tout en haut d'un chêne , un geai faisait le guet;les tilleuls d 'une allée embaumaient les alentours, et les châtaigniers amorcent leurs longs "châtons" jaunes qui leur fera une auréole dorée dans le soleil de juin.

    Du haut du plateau (de champflorentin) j'admirais en contre bas , le ruban sinueux de l'indre ,qui se coulait entre une rangée d'arbres aux couleurs sombres, cette vallée appelée par george Sand, "la vallée noire " et que moi je re-qualifie de "vallée bleue".

    J'étais loin , très loin des turpitudes de cette vie que l'on dit politique ,loin des incartades de Valls,et de son falcon;loin du 49-3 qu'il va encore déployer demain pour faire passer en force la loi "Macron";loin de toute cette politique grand-guignolesque 

    qui fait de nous des "choses " que les grands de ce monde manipulent a leur gré sans que personne ne se rebiffe;le travail du dimanche tout le monde s'en fiche , le droit du travail tout le monde s'en contre-fiche ,les coupes drastiques des services publics

    ça n'interesse pas grand -monde , alors , moi , mon esprit batifole dans des ailleurs moins moroses .Et en rentrant , allez savoir pourquoi , je repensais a Maurice Fanon , ce chanteur disparu en 1991, et que tout le monde a oublié, par association j'ai également pensé a celle qui fût sa compagne pendant 7 ans : Pia Colombo,après leur divorce en 1963 il a écrit ce sublime poème "l'écharpe"  de fil en aiguille j'en arrive a cette merveilleuse chanson qu'il a écrit quand elle est morte, en 1986,"la ultima canzone",en voici les paroles 

    La ultima canzone
    Paroles et musique de Maurice Fanon

    Sur le piano qui pianote pour Pia
    Les notes de la ultima canzone
    Est-ce une goutte de pluie qui s’écrase
    Ou est-ce una notturna lacrima ?
    Sur le trottoir qui s’arrête pour Pia
    Un couple marche qui ne comprend pas
    Que c’est bien plus qu’un morceau d’Italie qui s’en va
    Arrivederci Pia !

    La la la…

    Une colombe s’envole pour Pia
    Dans le ciel de Paris, la paloma
    Emporte dans le soleil una prima donna
    Più bella che una stella
    Est-ce la vie qui s’achève pour Pia
    Ou commence una eterna vita ?
    Un homme pleure à Paris, une femme à Bastia
    Arrivederci Pia !

    Un oiseau vient de Milan
    Et je n’étais qu’un enfant
    Un oiseau passe en chantant
    La colombe avait vingt ans

    Pianiste, joue pianissimo pour Pia
    Les notes de la ultima canzoneQu’on entende encore une fois
    La voix de Maria Amelia Pia
    Et toi, le rideau, tremble encore pour Pia
    Comme tu tremblais la dernière fois
    Lorsque tu t’étais ouvert pour elle, à l’Olympia
    Arrivederci Pia !

    Un oiseau passe en chantant
    Et je n’étais qu’un enfant
    Un oiseau sur un volcan
    Et voilà que j’ai cent ans

    Sur le piano qui pianote pour Pia
    Les notes de la ultima canzone
    Est-ce une goutte de pluie qui s’écrase
    Ou est-ce una notturna lacrima ?
    Dans le théâtre qui s’ouvre pour Pia
    Un couple écoute qui ne comprend pas
    Que c’est bien plus qu’un morceau de ma vie qui s’en va
    Arrivederci Pia !

    La la la…

    C’était à Paris, en avril, je crois
    Ciao, ciao bella !

    il ne l'a jamais chantée (sauf dans un gala ) c'est fransca solleville qui l'a enregistrée après sa mort.

    voici l'écharpe écrite aussi pour pia après leur divorce , ne l'aurait il jamais oubliée???

     

    bon, il se fait tard ,vite mon lit pour rêver a un monde meilleurs !!!!

     

     

     

    3 commentaires
  • il se fait tard, ou comme on veut tôt(il est 0heure18);je rentre d'une balade dans mes chemins perdus du bord de l'indre . Pas de lune , mais où donc se cache -t-elle ? juste quelques étoiles qui tremblent là haut et me servent de lanternes au long de mon chemin.Pas beaucoup de bruit, quelques piaillements de ci de là,les rossignols entendus l'autre nuit ont le bec gelé et se terrent dans leur nid.Pas de chouette non plus animant la colline, seulement le murmure de l'eau glissant sur les cailloux,et plus loin, la cascade du bief  se prenant pour un torrent   emplit le silence de son bruit de tambour.Il fait frisquet pour une nuit de mai;les arbres a la lisière du pré semblent des soldats de plomb alignés pour on ne sait quelle bataille? la fraîcheur monte de l'herbe emperlée de rosée,et au loin dans la campagne un chien jappe.J' aime la nuit et son monde inconnu ,ses sonorités différentes,ses couleurs étranges , aujourd'hui elle est bleue, avec a l'horizon des nuances de vert, et oui, il avait raison Maurice Rollinat dans son poème : le meneur de loups quand il écrit entre autre,""le grand meneur de loups sifflait dans la nuit verte"".

    elle est comme ça la nuit en berry,avec en plus  a la pleine lune des sorcières échevelées qui dansent au son d'un flutiau .

    Oui je me suis promenée,juste après avoir regardée a la télé ce film primé en 2011:l'exercice de l'état.Il me fallait trier mes idées, et calmer ma colère.Je regardais ces gens de l'état , ministres, députés , conseillers de cabinets etc ...etc...ils sont là avec une flopée de gens a leur service, qui font leurs discours , qui leur portent des cafés , leur donnent leur veste,appellent leur conjoint en cas de besoin , ouvrent les portières........évidemment , je sais bien qu'ils ont une tête bien remplie, et beaucoup de tâches, qu'ils ne peuvent pas tout faire.......mais quand même, ils ne savent plus écrire, plus réfléchir pour avoir des gens qui le font pour eux ???ils ne peuvent pas tout seul accrocher leur veste au porte manteau, et les reprendre pour sortir ?sont ils si intelligents qu'ils ne savent plus faire un café? ni ouvrir seul une portière de voiture ???

    tout ça me met en rage ,on a viré les rois , on a abolit les privilèges (soi-disant)une certaine nuit du 4 août ,on a défait des dictatures , tout ça pour en arriver là??pour qu'une petite frange se fasse servir,ne peut on plus faire de politique sans avoir autour de soi des "petites mains "? et ensuite on va nous faire la morale , nous demander de faire des économies !!!n'ont ils pas le permis ? on va me rétorquer qu'il faut qu'ils aient la tête débarrassée de ces contraintes .....pour en faire quoi de leur tête? nous pondre des lois infâmes sur les retraites ,supprimer des emplois partout,donner des milliards aux grands patrons et pressurer le quidam,se pavaner sur la croisette avec des fleurs dans la bouche pendant qu'on enlève des subventions a la culture??mais on se moque de qui ?? et nous, pauvres de nous , on laisse faire ,on baisse la tête, on plie le genou,on se contente d'un RSA, d'une allocation chômage,voire de rien ,on va aux restos du cœur pour certains,on supplie la banque de nous accorder un découvert,justement parlons en des banques!! celles là a qui on donne aussi des milliards pris sur notre dos!!!

    ne sont elles pas capables ces" grosses têtes "de penser que si , a la base y'a pas d'argent , ben , le commerce y peut pas marcher!!!!et qu'un jour le désespoir va envahir le peuple , et que la violence, qui n'est jamais bonne conseillère,va déferler dans nos rues.....mais , ah , oui j'oubliais, ils sont entrain de rendre toute manif presque impossible ,puisque toutes seront organisées par des ""terroristes""((oh là là , le vilain mot, on va me surveiller sans doute !!!), et que toutes seront considérées comme contraire au bon fonctionnement de l'état!!oseront ils envoyer l'armé contre nous ???, on en est là en cette année d'un vingt et unième siècle décadent .Relisez donc "jacquou le croquant",c'était y'a longtemps ???, et bien nous y revoilà!

    Normal, on a "abêtit" nos jeunes  en délaissant une instruction républicaine, ils ne savent même plus ce qu'est le 8 mai ou le 11 novembre , quant aux révolutions successives,1789,1830, et la seule révolution ouvrière de 1848, c'est même pas la peine d'en parler ....tiens demandez leur ce qu'ils pensent de la commune de paris , vous n'allez pas être déçu,mais tout ça n'est pas leur faute, les programmes sont édulcorés, vidés de leur moelle , avec l'aval de nos têtes pensantes des gouvernements successifs!!!!

    n'avais je pas raison d'aller dans la nuit bleue essayer de m'apaiser??, y'a bien longtemps que je n'avais pas râlé comme ça , la morosité du climat social et politique m'avait anesthésiée .

    seuls mes chemins perdus peuvent me rendre la joie de vivre,ils sont là toujours , sans rien dire, a écouter mes jérémiades;les haies me donnent au passage, une caresse de leurs branches basses,et toutes les senteurs du printemps me tournent la tête:seringa,chèvrefeuilles ,glycines encore, et cette odeur âcre de vase qui vient de la rivière.

    pour arranger les choses, je viens de lire que les PS venaient de voter la motion A, la pire de toute ,celle qui va autoriser françois a poursuivre son carnage social!!!! c'est a désespérer du genre humain .


    9 commentaires
  • il faut bien revenir un jour!!!!!

    voilà, 2 de mes petits enfants faisaient les "cons" dans la cour de cette maison où nous allons depuis 13 ans.

    cette maison , construite sur la dune , donne directement sur la mer, c'est un bonheur!

    15 jours sans internet , le bonheur aussi finalement, car cela oblige tout le monde a retrouver des joies simples et des activités communes.

    15 jours passés trop vite , sous un soleil d'été, sauf les 2 derniers jours .la mer , égale a elle même ,changeante,allant du bleu le plus parfait , au gris souris,tout ceci en passant par des verts inconnus sur nos palettes!

    le vent lui faisait parfois des collerettes d'hermine, d'un blanc pur scintillant sous les feux du soleil.Nos pas incrustés dans le sable mouillé s'effaçaient doucement sous le roulis de la marée montante,les plus jeunes pataugeaient dans l'eau a peine tiède, et les autres égrenaient leurs souvenirs au gré des courants.On parlait de cet écrivain sud américain mort depuis peu,Edouardo Galéano,auteur de "les veines ouvertes de l'amérique latine", et que je vous invite a lire.on évoquait Patachou , elle aussi venait de mourir, grande résistante (qui le sait encore ?)et grande dame de la chanson française réaliste des années 50/60, oui, je sais , c'est loin , mais est ce une excuse pour l' oublier

    et puis aussi , ce train si triste qui siffle dans le soir (richard anthony) c'est lui aussi arrêté de siffler!et la mer imperturbable montait et descendait au rythme de la lune!

    et puis , un jour , il faut rentrer chez soi ......retrouver la vraie vie , les infos qui démoralisent,mais aussi cette campagne que j'ai laissée a la lisière de l'hiver et du printemps , et que je retrouve pleine de couleurs , des verts encore et toujours, allant du bronze a la laitue..le rose de mon chèvrefeuille,les jaunes et oranges des eschscholtzia(ou encore pavot de californie), tiens un mot pour le scrable!!!

    quelques pommiers toujours en fleurs,et l'eau boueuse de ma rivière gonflée par les dernières pluies.Le soleil, timide,réchauffe pourtant mes petits radis sortis pendant mon absence,et fait surgir de dessous l'herbe humide de gros escargots de bourgogne(enfin , du berry!!)qui n'attendent qu'un signe pour goûter mes salades, alors , je les ramasse un par un et les dépose sur la colline , un peu plus haut!

    a part ça , la dégringolade sociale continue, et personne ne bronche;les lois plus ineptes les unes que les autres sont votées sans remous;les soi-disant rebelles socialistes sont rentrés tête basse dans le rang des solfériniens,le français moyen ne regarde même plus sur sa gauche, oubliant que le front de gauche est encore là!les politiciens de haut vol ont fini par dégoûter les plus virulents , laissant, ainsi le champ libre a leurs mauvais coups!!!les riches se pavanent avec leur magot , les grands patrons avec leur retraite "chapeaux" démentielle et le reste des français baisse le nez , en attente  de quoi ??? de rien s'ils ne se mobilisent pas!!!!fut un temps (que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître)ou il en fallait moins que ça pour remplir les grands boulevards et les rues alentours !

    assez "dégoisé" le soleil revient et mon jardin m'attend......pour finir en beauté et avec le sourire, écoutez donc Patachou .

     


    6 commentaires
  • bien sûr par une nuit de pleine lune , une sorcière ,même du Berry, surtout du Berry,ne peut pas trouver le sommeil.Et pourtant , cette lune , toute ronde , toute pâle en début de soirée ,s'est laissée engloutir par un voile de nuages,et , là , 5 h du matin, seul, le noir profond du ciel sans lune m'enveloppe.Sur les pâtures , face a mes fenêtres,on devine au loin le bouquet des arbres nus ; pas de lumière encore sur l'horizon,même pas le feu follet d'une ronde de sorcières  dansant sur leur manche a balai !rien , juste le silence parfois troué par quelques notes de musique s'échappant de l'auberge voisine .Elle a réouvert ses portes début mars ,et , la vie a repris ses droits dans ce coin perdu de campagne .Pourtant , je n'y suis pas allée très souvent encore ,les "refaiseurs" de monde qui composaient la petite bande d'habitués s'est disloquée ,chacun, pour cause de travail ,a changé de route ,et le groupe s'est éparpillé aux quatre coins du département.

    l'obscurité semble étouffer les sons, et même les gommer ;pas de chouette là haut sur la colline,pas de bestioles nocturnes le long de la rivière, pas de chat en maraude,juste quelques menus pas qui claquent sur le chemin,pas chancelants des jeunes qui après la fiesta rentrent chez eux dans ce petit matin.ont ils pris le relais de nos palabres  nocturnes ? refont ils eux aussi un monde a leur image ? non , m'a dit le tenancier,l'esprit n'est plus le même, les jeunes qui viennent maintenant sont moins rêveurs,moins bavards,plus repliés sur eux , plus alcoolisés  , pourtant on l'était pas mal aussi ,et , cela nous déliait la langue .En refaisant le bilan de nos parlottes , je m'aperçois que pas un de nos souhaits n'a vu le jour,nous voulions plus de justice,plus d'égalité et de fraternité,rien de tout cela n'est encore arrivé, même la liberté qui fiche le camp !

    une petite lueur tremblotte là bas , au loin ,venant du ciel au ras de la terre , est ce le jour indécis qui pointerai son nez ,timide et froid??

    Le samedi s'annonce gris et humide,il ne fera pas très bon au marché,et là aussi ,le monde restera comme il est ! sans trop d'espoir,avec une certaine colère au fond de nos poches;colère contre ce monde politique qui sape le moral,qui ne fait rien pour les citoyens,pire, même, qui les méprise!

    Contre cette emprise libérale , il va bien falloir, un jour, se révolter? on ne peut pas laisser la vie aller a la dérive ? on ne peut pas laisser la misère grignoter le peuple ?

    il faut un sursaut , et vite ,alors ? le 9 avril sera -t- il le départ de ce sursaut ? sera-t-il enfin ce jour ou dans la rue les gens referont le monde ????

    la nuit sans fin ne donne pas de réponse, et les sorcières vont se réchauffer autour d'un café avant de filer sous la couette ..........

     

     

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique