• 1 commentaire

  • 3 commentaires

  • 3 commentaires
  • sans doute , oui , la chaleur extrême nous rend apathique, mais , pas que , car cette somnolence date de bien avant cet épisode de canicule .

    si la rivière qui coule au pied de ma maison semble ne plus exister, si les carpes que je vois dans le mince filet d'eau semblent a bout de souffle par manque d'oxygène,si les arbustes dans les haies de mes petits chemins semblent en fin de vie, je crois quand même que la somnolence du peuple français date de bien plus longtemps;quand je constate l'inertie des (forces vives de la nation..;-)) ...)je me pose des questions .

    ici des gilets jaunes ,là des stylos rouges ,un autre jours des blouses roses....etc ...etc ...,quand donc le français dit moyen comprendra qu'il n'y a que l'union des mécontents pour faire reculer un pouvoir qui n'a plus rien de démocratique??

    une police et des gendarmes qui se croient tout permis étant sûr de l'impunité,des ministres qui mentent a longueur de temps,d'autres qui vivent aux crochets de nos impôts,un président qui , comme un bulldozer, fonce et détruit tout sur son passage...et avec tout cela , rien , ni personne ou si peu dans les rues !!!!!en d'autres temps pas si lointains,des parents d'élèves,des enseignants , des syndicats , auraient,( au lendemain de ses jeunes agenouillés pendant des heures dans la poussière),envahi les rues et les trottoirs , la foule serait venue pour montrer sa solidarité a ces enfants malmenés par une police aux ordres;je me souvient de cette horde de gens dans les rues au lendemain de la mort d'un Malik Oussékine  abattu par des "voltigeurs " de la police, le peuple était a cette époque plus prompt a  réagir.Que s 'est il donc passé depuis pour que le caractère entier du français se trouve ainsi endormi,pour qu'on ne voit plus de réaction a ces mensonges genre :"un hôpital envahi par des gilets jaunes ", a ces paroles "qu'ils viennent me chercher", ou tout simplement face a ce mépris qu'affiche sans arrêt nos soi-disant représentants; vous vous sentez représenté par ces gens là, vous ???

    ce qui s'est passé , et bien , entre autre , plus un seul syndicat (plus un seul et je sais de quoi je cause..)peut être Sud quand même; n'est là pour défendre "le travailleur" quel qu'il soit:ouvrier , fonctionnaire, employé.......ils se contentent de "dialoguer" oui oui oui , dialoguer avec nos affameurs;de plus nos média sont tous aux mains de milliardaires,les pseudos journalistes aux ordres de ces derniers ,alors en fait d'informations on repassera!!!!!

    pire quand quelques uns se rebiffent genre cheminots , on les fait passer pour des nantis, avec des salaires de 1500 euros , après 10 ans d'ancienneté , et le bon petit français moyen leur tape dessus sans comprendre que ce n'est même pas leurs ""petits avantages "" qu'ils défendent , mais l'avenir du chemin de fer , qui est déjà a moitié livré au privé, ensuite les mêmes petits français viennent pleurer qu'on ferme des gares,que les correspondances ne soient plus assurées ,que des trains soient supprimés,exemple le train en partance de perpignan qui amenait les fruits et légumes aux halles de rungis est supprimé , remplacé par des myriades de camions,supprimé par qui ???Mme Bornes , nouvelle ministre de l'écologie, ça ne vous fait par rire ou plutôt pleurer ces mascarades???

    j 'en arrive souvent a penser : ""bienfait pour nos tronches " si les gens ne veulent plus réfléchir!!

    vont ils voter ces même gens contre la privatisation des aéroports de Paris ???, évidemment le pouvoir en place ne nous facilite pas ma la tâche, on voit bien que ce référendum citoyen les dérange.

    n empêche que pour rétablir tout ce que le conseil national de la résistance avait construit après la guerre, il va falloir des années, et avant, empêcher ces arrivistes du gouvernement de nuire.....

    voilà, voilà , en fait , la chaleur ne semble pas m'endormir mais plutôt réveiller mes colères..

    est ce la chaleur qui nous endort ?????

     

     


    5 commentaires
  • c'est juste ce très beau poème de jacques Prévert, il s'intitule "aux champs", j'en retranscris juste la fin , mais vous pouvez l'avoir en entier sur "google'

     

    mais on ne voit jamais
    l’image simple et vraie
    le travailleur en sueur et fauché comme les blés
    c’est triste
    c’est regrettable
    mais les gerbes sont liées
    le travailleur aussi
    avec leurs grands billets les grands favorisés
    se sont payé sa tête
    et son corps tout entier
    avec tout le travail de toutes ses années
    toutes les gerbes sont liées
    chaque grain est compté
    chaque geste capté
    chaque fleur arrachée
    le blé monte et descend
    en même temps que l’argent
    en même temps que le sucre
    en même temps que l’acier
    et le compte du travailleur
    est sagement réglé
    à l’octroi de Profit
    la guerre est déclarée
    et sur la terre encore fraîchement remuée
    dans les ruines des villes par eux-mêmes bâties
    ceux qui étaient les plus vivants et les plus forts
    les plus gais
    les meilleurs
    restent là immobiles couchés aux champs d’honneur
    la tête dans la mort et la fleur au fusil
    la mémorable fleur de leur si simple vie
    et la fleur à son tour
    doucement se pourrit
    la fleur des amours la fleur des amis
    et sur ce champ d’honneur
    d’honneurs et de profits
    un peu plus tard
    sur ce champ d’honneur soigneusement nivelé
    toute seule
    la fleur artificielle
    la rose invraisemblable
    la fleur à faire vomir
    la fleur à faire hurler
    la veuve inconsolable du Président untel
    blême et rose chou-fleur atrocement greffé
    ignoble végétal stupidement simulé
    encore une fois
    de force
    et avec le concours assuré de la musique militaire
    est accrochée épinglée rivée
    à la boutonnière de la terre
    de la terre abîmée
    de la terre solitaire
    de la terre saccagée bafouée et désolée
    désespérée
    endimanchée.

    1936

     

     

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique