• je déserte ce blog ,plus le temps , plus l'envie ???un mélange de tout ça sans doute.

    Les "évènements " aussi comme disait Coluche;les français enfin qui sortent dans les rues pour crier leur désespoir,leur colère devant cette main mise de la finance sur leur vie ;cette fameuse loi qui aspire a nous rendre esclave des grands patrons et de Bruxelles;ne sachant plus trop quoi faire , ou dire, peur de trop crier ma colère, je me réfugie dans le cocon de ma maison , de mon jardin , de ma rivière.

    le printemps mouillé n'est pas fait pour me déplaire, puisque j'aime la pluie;mais quand même mes petits plants de tomates aimeraient bien un peu de soleil et de chaleur;mes roses voudraient relever la tête et m'enivrer de leur parfum .La rivière commence a s'arrondir doucement sous les branches et ne cache pas son envie de sortir de son lit.Il fait doux et l'herbe en profite pour pousser dès que j'ai  le dos tourné,me narguant ma tondeuse et moi;il se fait tard , le rossignol , trempé, ne chante pas ,les chouettes a l'abri dans un trou d'arbre se taisent, un grand silence enveloppe mon quartier, même pas quelques lumières a l'horizon .Cette nuit si calme  n'incite pas les sorcières berrichonnes a venir danser sur le pré d'en face, elles se terrent elles aussi , même la lune leur fait faux bond .Alors , devant cette inertie , il me semble que l'heure est venue de me glisser sous la couette .Peut être que , demain étant un autre jour , le virus de l'écriture me reviendra!!

    tiens , pour passer une bonne nuit 

     


    1 commentaire
  • partie , partie loin, 65O km de mon Berry joli,entre landes et falaises,au bout du bout de la Bretagne, là ou le vent me jouait toutes les symphonies, rythmées par la marée avec le cri des goélands en point d'orgue.

    pas d'internet, peu d'infos, juste des couleurs et des odeurs ;la tête qui se vide , les yeux qui se remplissent, un peu comme au premier matin du monde , peut être.

    les bleus et les verts de l'eau en accord avec les gris et les roux de la pierre,et de minuscules fleurs , jaunes , roses ou blanches pour adoucir l'aridité du sol;

    le bonheur,le bonheur des sens,celui de la vue , celui des oreilles et enfin celui des papilles submergées par les galettes de blé noir et du cidre frais.

    Au loin,sortant de cette végétation rabougrie,quelques toits d'ardoises indiquaient la vie   entre des murs de granit sombre, égayés de volets bleus.

    je déambulais joyeuse dans ce paysage minéral entrecoupé d'ajoncs et de buissons d'épines.....je trouvait la vie belle , si belle ,malgré le tohu bohu engendré par cette loi inique qui veut ramener en esclavage le monde du travail.

    Depuis ce matin, j'ai repris pieds dans la réalité;j'ai écouté des jeunes ma parler de leur angoisse du chômage malgré les études , de leur peur de ce monde du travail que nous leur préparons, et , que l'on ne me dise pas qu'ils sont immatures ou insouciants ,non, ils ont une très grande conscience de l'avenir morose qui s'ouvre a eux , et les plus grandes violences ne sont pas de leur fait.

    Juste un peu d'espoir me traverse,le peuple français semble doucement sortir de sa léthargie , et il va bien falloir unir toutes nos forces si l'on veut faire trembler ces néo-libéraux qui nous pressurent.

    Mais , encore toute a mon escapade bretonne , j'écoute en fond sonore cette si jolie chanson de Dominique A :"l'océan"

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires